3/23/2015

Story Orgy Presents: Like A Wolf Part Ten #mmromance #storyorgy




Welcome back and good morning all! 
Today is predicted to be absolutely gorgeous here in the countryside, and that means only one thing. It's going to be real hard to stay in this chair and focused on getting the work done that needs to be done today!  




Like A Wolf

A Little Red Riding Hood Story In Which the Wolf Must Choose Between Innocent Red, and the Seductively Skilled Hunter He’s Been Toying With For Years

Chapter Ten
He opened the book to the folded page…

Darkness glinted behind the diner windows, above the checkered curtains on their brass rods. Somewhere out in the night, a horn honked, a lonely call for company that went unanswered in the stillness. The sentiment echoed in Robbie’s heart, just as empty as the street beyond the locked door.
The closed sign had been flipped over hours earlier. The rest of his crew had long since departed. Robert lingered, obsessing over things he couldn’t change, reluctant to go home, unable to knock on his grandmere’s door a second time this week.
So he’d spent the hours doing what he always did when life didn’t measure up.  He opened the cookbook to the folded page and measured flour and sugar and spices, cups of whole berries and crisp crescent slices of apple. He rolled crusts to perfect thinness, and he baked. He filled the emptiness with pie. Sweet, tart, delicious, heart-warming.
Sixteen pies, golden crusted, steaming hot, cooled on the counter. The air was ripe with the scents of cinnamon and sweet, juicy fruit.
Cherry, blackberry, blueberry, apple… And still his mouth was dry and tension knotted his stomach.
There’s no such thing as too much pie. His inner fat kid…the same kid who held on to that fear and resentment of gym class…wasn’t interested in eating those pies.
All Robert could think about was the plates Manny Dyer had sent back. All that food he’d ordered, and every single plate had come back to the kitchen nearly full. A bite or two of each item, that was the most he’d eaten.
It wasbar the moment he’d encountered Hank’s lover in the hallwaythe most demoralizing moment of his life.
He’d always known he wasn’t handsome, or athletic, or a great conversationalist. Average Joe, if Joe weighed a few pounds more than he should, that was Robert Redding. But he’d somehow always thought he’d had this one talent…he could cook like nobody’s business.
Except now, maybe he couldn’t. If a foodie like Manny Dyer couldn’t choke down more than a few bites of anything Robbie had prepared…
His mind shied away… Brownies. Not everyone was a pie person, strange as that might seem. Seizing on the distraction, he grabbed a can of cocoa powder from under the counter.
A rap on the glass door drew his attention. Ordinarily he’d have ignored it. It was par for the course at most restaurants. If someone saw people inside, the closed sign might as well not exist. Tonight, it was some drunk’s lucky day though. He was so desperately in need of distraction, Robert turned to the door.
His eyes widened. “Ruby?” Setting the cocoa powder down he skirted the counter to open the door.
Ruby grabbed his arm with a tired smile. “Hey, I was hoping I’d find you still here.”                               She followed him into the dining room and made a beeline straight for the counter.
“I’m so sorry.” He apologized, leading her to a stool. 
“Sorry?” Ruby dropped her purse on the countertop and a briefcase on the floor. with a shrug. “What for? I’m just so glad you’re still here. It’s been a hell of a day. God save me from celebrity businessmen. Is that apple pie I smell? Is there coffee?”
On autopilot, wondering if it was unethical to ask about Manny Dyer’s response to his food, he cut a wedge of apple pie, and poured a cup of coffee. “I guess…I’m apologizing for not cooking well enough for your friend.”
He passed her the plate and cup and retrieved a silver setting and basket of sweeteners.
“Don’t be silly.” She sounded so tired, world weary, and he was pulled from his own self-absorbed pity to look at Ruby more closely. “He loved it.”
“People who love my food do not leave mounds of it on the plates. If they can’t finish it, they ask for doggie bags.” Robert hitched himself up onto the stool next to hers and shook his head. “Don’t be nice to me. He barely ate a few bites of all that stuff he ordered. It’s okay. Not everyone likes simple food. I’m good with that.” And he realized that he was. He liked comfortable, homey recipes, and damned if he was going to let some stuck up restaurant critic slash foodie businessman steal his self-confidence.
Or some moody, intense, dangerous gourmet…
Ruby dug into the pie and moaned quietly as she chewed the first bite.
Pride welled inside Robert again, and he felt his world…which he’d admit had been off kilter since Hank Wolf entered it, tilt back to its proper, customary axis. He smiled and watched Ruby eat. Who cared what Manny Dyer thought? That appreciative moan and greedy gleam in Ruby’s eyes…that was what Robert cooked for.
“No, really. He raved about it. It was just that we’d already had dinner.” Her eyes widened, lips parted on a gasp. “Robbie?”
Immediately he jumped from the stool. “What?” His attention went to the pie, then followed her hand as she dropped the fork and reached for her stomach.
“I’m … I think I need to go to the hospital. I…” She fumbled off the stool, reaching for her bag. “I need to call Bree.”
“The baby?” He grabbed her elbow, then dropped it, bent to pick up the briefcase. “What do I…” Although he knew it was futile, Robert glanced frantically around for someone, anyone who might be able to deal with this better than he could. The empty restaurant yielded no capable prospects. “What do I do?”
Ruby laughed, a strained sound at best. “You? Nothing. I need to call and have Bree meet me at the hospital. She’s my birthing coach.” She winced and clutched at his arm.
Alarmed, Robbie caught her around the waist, trying to lend support. “I don’t think you can drive, Ruby. Here.” He handed her the briefcase and released her. “Wait here. Let me get my keys and lock the back door. I’ll take you.”
“Would you?” She peered up at him through teary lashes. “I hate to impose, but…”
“Absolutely, I would.” He raced to the back room, locking the door first, then snatching his keys and wallet from his office. He reached the dining room less than a minute after leaving it, to find Ruby on her cell phone, stooped over the counter, speaking in a low, intense voice.
“Ruby?”
She stood quickly, wincing again. “Bree, my ride is leaving now. Tell your ogre of a boss you have to go. I’m not having this baby without you.”

***

The moon hung, ripe and glowing, nearly full, perfectly centered in a patch of sky between the telephone poles at the end of the highway. Those men who favored fantasy might believe they could drive right onto it, park and look back at the earth in their rear view mirror.  For just a second, his foot pressed harder on the accelerator, before he remembered that Hank Wolf wasn’t a believer in fantasy…not anymore. Nor did he want a speeding ticket. Practical and dangerous went hand in hand.
Danger in dining. The first reviewer to use the term had tickled his fancy, and he’d appropriated the phrase on his business cards and advertising. The idea that not knowing what you were going to be served was dangerous and amusing… Because of course, Hank always knew.
He knew what he was serving, and how it was to be eaten, he was in control of the whole experience for everyone who chose to dine with him.
In control, of himself, his food, his life. And that’s the way he liked it. If eating at Hungry was dangerous, then Hank was the master of that danger.
The ink black pavement slipped away under the wheels of his truck, Hank tapped relentlessly on the steering wheel, unable to contain the wave of energy that sharpened his senses and quickened his breath. Miles of road passed under him before he realized he didn’t really know where he was going, just that since he’d passed his own turn-off he apparently wasn’t going home.
It should have bothered him the moment he recognized it, that sense that he wasn’t, in reality, in control at this precise moment. After all, he’d left the restaurant after locking up with every intention of going home and tumbling into his own bed, hadn’t he?
Excitement hummed through his veins. He felt giddy, maybe drunk described it better, since he’d never been giddy in his life. Manny Dyer had eaten his food. He’d cooked for a culinary icon. A legend had dined in his restaurant, sat in his dining room, tasted his wares.
A broad smile stretched his lips, and since there was no one to see, he let it.
Despite the laws against it, Hank grabbed his phone and called someone, and knew that this was what he’d wanted to do all along.
He’d wanted an excuse to call for days now.
Someone he had no business calling in the darkest hours of the night.
Except someone answered the phone, and the excitement took over. “Red…you’ll never guess. The most amazing thing happened in the restaurant tonight.”
“Oh… Amazing must be the theme of the night.”
Red’s voice was strange, hushed and sort of filled with a wonder…a youthful if somewhat tamed exuberance. His words, full of emotion seemed too big for the whisper that conveyed them.
“You too?” Hank tilted his head to the side to hold the phone in place while he pushed the button to let the window slide down. Cool night air washed over his skin, raising a trail of prickling goose bumps. A core of calm eradicated the heavy darkness in his stomach that had stuck there since that day outside the lunch basket two weeks earlier when Red’s chocolate chip cookies had landed on the sidewalk at his feet, a crumbled mess of comfort and love rejected. Like thick sweet cream poured into strong black coffee, Hank recognized an irreversible change, and he welcomed it. “Hey… Can I come over and we can talk about it?”
Since his unsatisfactory conversation with Hunter days earlier, he’d been well aware that he really wanted to talk to Red, certain that Red would understand his excitement and pleasure over a certain diner in his establishment. The fact that he’d left things between them…broken…was awkward, but Hank knew now how he wanted things to be, and he had to believe that Red would be willing to listen.
“Actually, I’m not home.”
A hundred reasons for the hushed voice flitted through Hank’s mind in the moment it took him to brake at a red light. The cream curdled, the excitement faded. Because the only reason that stuck…the one that made the most sense? Was that Red was whispering because he wasn’t alone.
An image of Red, auburn hair gleaming in the moon’s bright light, scattered on some Lothario’s pillows, pale skin like the aforementioned cream in the darkness, naked and sated gazing at the moon through the window and dreaming of romance and happily ever after… While the vile seducer, the man himself…a predator, dark and undeserving, an evil user of young men, a villain who didn’t deserve the innocence and joy that Red carried around with him…snored in the background.
The image unfurled in his brain and refused to be dismissed. Hank’s grip tightened painfully on the steering wheel. “Where are you?” Hair prickled on his arms. A growl rumbled low in his throat. Words he’d never meant to say spewed into the night, uncontrolled, sharp, dangerous. “Who is he? Who are you with?”
Soft laughter brushed his senses, a response so wrong that Hank forgot that green meant go and stayed, as the light before him changed.
Finally, Red stopped laughing, and his voice came louder, no longer a whisper. “I’m at the hospital, and tonight…Hank…tonight I fell in love for real.”
“Oh.” His mind and heart glossed over the first part…and latched on to the second. In love for real. The pain was so unexpected, so vicious, it exploded outward from his stomach to his lungs, burning into his nose and searing his eyes. The green light in front of him wavered, turned amber, ran like a Dali painting. “That’s…good.”
What had he expected? That Red would linger and waste away in the background of life because Hank hadn’t been ready to admit that he wanted what Red offered? Wanted love and home and comfort?
Had he really expected that the love he’d known Red was starting to feel would be a forever kind of thing that he could set aside and pick up at will?
Had he really intended to treat Red like Hunter had treated him all those years?
“You had it right the first time. It’s amazing.”
With a shaking hand, Hank brushed warm raindrops from his cheeks. “I’m happy for you.” And he really was making progress, since he recognized that immediately as a lie. One day it would be true, so maybe it was more a prophecy than a lie. “Listen,” his instincts for self-preservation, so recently set aside, came to his rescue. “It’s late, I’ve got to do the market run in the morning. I’m going to let you go now.”
He disregarded the color of the light, and flipped a u-ey there in the intersection. Home wasn’t much…being empty and dark, and all, but it was all he had at the moment.
“I thought you wanted to meet and talk? We could go out to the truck stop, they’re open twenty-four hours and the coffee isn’t so bad. We have amazing news to share.”
Hank didn’t think he could stand to hear the details about Red’s amazing new man, and suddenly it didn’t matter that Manny Dyer had liked his food, gotten his concept. “I’m tired.” He offered up the lame excuse, realizing as he did so that it was true. “I’ll take a rain check.”
“Stop by the diner after you do your shopping, and I’ll make you lunch.” Red offered. “We can talk then.”
“I…good bye, Red.” Disconnecting took a split second, letting go of the phone, letting go of Red…that might take longer.






TO BE CONTINUED 

If you enjoyed my post, click on over to the rest of the Orgiasts and read more! 

3/22/2015

Meet Syd and Max, Save 50% #storyorgy #mmromance


The Jealous Guy

A Story Orgy Single

50% off at Select Retailers

The Jealous Guy

"Welcome to Parsnip and Thyme. How many?" A cheerful, perky voice grated over nerves frazzled by pouring over numbers that didn't add up no matter how many times he tried. Sydney Huber, vice president in charge of operations at Carbondale Union, refocused his attention from the recalcitrant numbers to the speaker. A cute young girl in a blue checked dress a la Dorothy of Oz stood at the hostess stand, practically bouncing in place with enthusiasm. She seemed an odd choice for a place he'd always considered tranquil and exclusive. She belonged, he thought nastily, at a TGI Friday's or an Applebee's, where she could foist beer and sickly sweet margaritas on French fry munching, hamburger gobbling twentysomethings and college students.
Sydney frowned at the bubbly blonde. "Just me. The same as yesterday and the day before and every day for the last six months." He paused to survey the room, scarcely recognizing the peaceful café where he'd been eating his lunches for the last six months, seeking the reason for his lunchtime habit. Somehow, he had the strange idea that if he could just set eyes on Max, some magic button would reset and he'd feel right again, be able to cope.
Instead, waiters in green polo shirts, black jeans, and small white aprons darted about with trays of food, pots of coffee, and pitchers of juice. Tall, short, thin, muscular, light-haired, dark-haired, at least four of them, but none the golden-haired, golden-skinned beauty he'd come to see.
Somewhere in the elegant little restaurant a baby was crying, and an anxious mother crooned and begged for the baby to calm down, further disrupting his much needed peace. Voices rose and fell all around, dishes clinked and clattered. There might be less noise at a McDonald's. Sydney scowled. So much for using his lunch hour to recover his equilibrium. His ears were still ringing from his boss's strident demands for instant answers, the sobs and protestations of the tellers who had no idea what had happened, and his own bewildered inability to account for a missing deposit of some twenty thousand dollars.
The dry-erase board with the daily specials boasted of cream of avocado soup and sweet potato sandwiches and a variety of other vegetarian delights. Someone, most likely the bubbly little hostess, had drawn hearts over all the i's and made smiley faces inside all the o's. It looked ridiculous.
The whole world had discovered his favorite little vegetarian café, and while normally Sydney Huber would be pleased for the owner, a lean string bean of a man named Alisdair, today he was irritated beyond measure. It was the final straw on a day that had gone from bad to worse.
"Oh. Yes. Would you like to sit at the counter since it's just you?" Her smile grew, white teeth gleaming, painted lips stretched wide. Her head tilted inquisitively to the side.
"No. I would like to sit in Max's section, as usual." He glanced around the room, as if saying his name would conjure the man.
"I'm afraid Max's section is full. We're very busy today. I'm sorry." She held the menu to her chest and jerked her pointed little chin toward the counter. "There are several single seats at the counter." Three bar chairs were empty there, as she had said, but a good dozen people were packed in at the space, sitting practically elbow to elbow. The older woman who usually worked the counter had been replaced by another young girl, this one dark-haired and pale-skinned. If he sat there, he wouldn't even be able to catch a glimpse of Max in the background, the entire restaurant would be at his back.
"No, Barbie. I'll wait for a table to open up in Max's section." Fuck. Hopefully that would be soon as he didn't have time for an extended lunch today, not with his superior breathing down his neck for the teller audits.
"My name is not Barbie." A petulant tone replaced the bubbly goodwill in the blonde's voice. The smile disappeared and the blue eyes narrowed slightly. The thin blonde pointed to her name tag. "I’m Kate."
He sneered at her, curling his lip in derision. "I'm not paid to remember your name, but you're paid for customer service. What kind of hostess doesn't remember the preferences of a customer who eats in their restaurant daily?"
A familiar tanned hand reached across Sydney and plucked the plastic-coated menu from Kate. "One who just started yesterday?" A frisson of awareness prickled its way across Sydney's skin, weaving a trail of heat and butterflies from the point of contact to his stomach and groin. His mind leapt for the distraction, his body yearned for more contact.
A blush heated his cheeks as he realized Max had overheard him being snotty to the hostess, who was beaming worshipfully at his favorite waiter, hell, his favorite person. "Thank you so much, Max. I tried to tell him your section was full."
"It's all right, Kate. I have a table reserved for you, Mr. Huber, right this way." Sydney nodded curtly, ashamed of the way he'd acted.
"I…" He began to apologize, but Max was moving off across the crowded restaurant at a fast clip, dodging tables, chairs, and servers deftly. Sydney closed his mouth with a snap and concentrated on following that sweet ass, clad in tight black denim, framed by the sides of a short white broadcloth apron. "Ahh." He loosened his suddenly too tight necktie and unbuttoned the top button of his collar. He could only hope that no one noticed the swelling in his groin or the direction of his gaze as he was incapable of looking away despite the predictable effect.
Max stopped at a tiny glass and wrought iron table in the corner, where Sydney would have a view of the entire café while he ate. The table had been set up with one place setting and a simple white carnation in a glass vase. Sydney smiled, looking directly into Max's green eyes, relaxing. It was just the way he liked it. "Thank you, Max."
He slipped into the seat and glanced at the menu in Max's hands. "I don't…"
"I know. You want a grilled Havarti and tomato sandwich, a bowl of creamy tomato soup, and a glass of ice water with a wedge of lemon."
"Yes, exactly." He smiled, pleased that Max knew him so well. "Thank you."
Instead of writing down the order and going off to call it, Max stood beside the table, head tipped to the side so that a long lock of fine blond hair that had apparently escaped its ponytail fell forward. "Is something wrong, Mr. Huber?"
"Wrong? Why do you ask?" Nothing wrong at all that a decent lunch and the opportunity to stare at his crush wouldn't cure. He took advantage of the opportunity to study Max's green eyes and high cheekbones, resisted the strange need to pour out his woes, the boss who hated him, the tellers who looked to him to save their jobs, the tension of being responsible for figuring out which of the young men and women had misplaced the deposit, of determining whether one of the people he had hired, had trusted, was a thief or an idiot. Instead, he said, "Call me Syd, Max. I've been coming here a long time, I think we can skip the Mr. Hubers."
Soft pink lips parted, a tongue slicked over them, and Sydney shifted, letting his legs fall apart, giving himself more room. Mesmerized, he followed the path of that tongue as it swept across the lips he wanted to taste, then disappeared back inside the mouth he wanted to explore.
"Okay. You were pretty…short with Kate, Syd. That's not like you."
He forced himself to look away from Max's mouth and meet his gaze. A soft concern lit the green eyes, a faint frown marred the usually clear brow.
"It's not?" Sydney frowned. His lips twitched as he recalled his secretary creeping about with a solemn expression, the way the clerks and tellers ducked to the side as he approached. "I…"
"I always enjoy waiting on you because you're so pleasant." The young man persevered, "You've always got a smile for me and…" Max's voice trailed off and he shrugged. "I’m sorry. It's none of my business, I was just worried. I'll put your order in." He stepped backward and turned as though to leave.
And Sydney found a courage he'd been looking for for the last six months. "Wait."

Find out more of Max and Syd's story next weekend!
Don't want to wait? 
You can pick it up for 50% off at the following locations for the month of March only. 

SW Coupon Code WY55A

Discounted, no code required

PH Coupon Code W5I52QAEN5


Apologies, at this time we are unable to offer this discount via Amazon. 


Can't get enough Bad Boyfriends? 

Check Out Havan Fellow's story at...

3/18/2015

French Editions of #m/mromances! #junotranslation #frenchedition


In 2014, with the assistance of the fabulous Jade Baiser of Juno Translations, I have begun the task of translating my works into French. Currently, four titles are available with more scheduled to come throughout 2015.


Pour l'Amour de Jacob
Une histoire de désir, d'amour, de trahison.
 Et de secondes chances.

Lorsque le coup d'un soir de Malcom Jenner se transforme en quelque chose de plus, il n'hésite pas à supplier pour une seconde chance.
 Malcolm est à la recherche d'un peu de plaisir, rien de sérieux. Il a des devoirs et des responsabilités, après tout. Il ne choisit généralement pas ses amants au bureau, mais son attirance pour Jacob Renault est trop impérieuse pour qu'il puisse y résister.
Cependant, Jacob n'est pas intéressé par du temporaire. Il veut tout, le prince charmant, le château, le 'ils vécurent heureux jusqu'à la fin des temps'. Il n'y a cependant aucune règle qui dit qu'il ne peut pas avoir du plaisir pendant qu'il recherche son prince.
Dans un premier temps, aucun des deux n'est disposé à modifier sa position, mais un accord est conclu, chacun d'eux prévoyant de faire de son mieux pour changer le point de vue de l'autre. La luxure se transforme en amour, et ce qui est impossible devient simplement improbable, mais cela va-t-il être suffisant ?
 Title is EXCLUSIVE to Amazon & Available to read FREE For Amazon Prime and Kindle Unlimited Members.
Buy link: Amazon Fr      Amazon US 


Le Parc a l'Aube

Ils étaient d'abord trois, ils ne sont maintenant que deux. Jason et Morgan peuvent-ils bâtir quelque chose sans Paul ?
Pendant des années, les trois avaient été inséparables, d'abord comme amis, puis comme amants. Cela faisait dix ans qu'ils s'étaient séparés pour ce qui était censé être un an pour poursuivre leurs rêves. Ce n'étaient pas les retrouvailles qu'ils avaient prévues. Pour commencer, elles ont lieu neuf ans trop tard, et il manque un des hommes.
Au cours des années qui ont suivi la mort de Paul, Morgan n'a pas vraiment attendu que Jason lui tende la main. Il avait été trop occupé à essayer d'oublier, à continuer sa vie. Jusqu'à ce que Jason lui envoie le bon message. Le tableau est-il juste une excuse pour revoir son ex ?


Parce que Tu es Toi



Les tatouages et les piercings de Devyn Strake sont sexys au possible, mais ce qui attire l’attention de Sully Moore est la tendresse avec laquelle son nouveau voisin s’occupe de son bébé.

Devyn ne devrait pas laisser son attraction pour son séduisant voisin le distraire. Il a des problèmes, et il doit faire de son bébé Kail sa première priorité.
Comment un bon flic peut-il trouver l’amour avec un mauvais garçon en difficulté ?





Riens de Moins que Toi

Une erreur de jeunesse conduit à une rencontre humiliante entre Nicholas Danville et Lord Victor Ware. Nicolas rentre chez lui en disgrâce et Victor continue sa vie dans le Ton. Des années plus tard les parents désapprobateurs de Nicholas l'envoient en ville pour retrouver un certain polissage avant qu'il se prépare à sa vie en tant que membre du clergé.
Une rencontre fortuite avec un vieil ami conduit à une nouvelle confrontation entre Nicholas et Victor. Cette fois, l'attraction entre eux brûle plus fort, Nicholas est suffisamment âgé pour savoir ce qu'il veut et Victor a fini de renier ce qu'il est.
De salles de bal aux jardins en passant par l'opéra, Victor veut prouver qu'une liaison passionnée entre deux hommes est possible, même sous le regard étroit du Ton.





3/17/2015

New French Edition: Le Bibliothécaire #mmromance #enfrancais

Bon jour friends!

A quick note that once again, with the help from the talented people at Juno Translations, I have added a new title to my French language offerings.

Available from

Smashwords 25% off with coupon code NJ69A

Payhip (direct from author w/paypal check out) 25% off with coupon code 8VIUITQOPG

Le Bibliothécaire
Résumé
  
Valentine Michaels vient de faire un vœu de célibat. Adrian Gris entend profiter pleinement de ce vœu pour recréer sa relation avec Val.
Val est à un tournant de sa vie. Ayant abandonné l'université, il est allé aussi loin qu'il l'a pu dans sa carrière en tant que cosmétologue, possédant son propre salon. Il n'y trouve plus de satisfaction alors qu'il a passé des années à prouver à ses parents fanatiques qu'un diplôme d'études universitaire et se conformer au vernis de la société n'étaient pas les seules routes vers le succès. Ils lui avaient tourné le dos et il leur avait prouvé qu'il n'avait pas besoin d'eux pour réussir.
Sa vie amoureuse n'est pas mieux que sa vie professionnelle. Ses relations commencent toujours avec un 'bang' et s'éteignent dans l'ennui, ou pire, la colère.
Adrian a son propre programme pour aider Val : il est amoureux de lui depuis qu'ils étaient étudiants en première année. Les années d'écoute de commérages à propos des amants de Val et de ses relations ont appris à Adrian ce qu'il avait fait de travers durant toutes ces années et il pense que cette fois, il sait exactement comment obtenir – et garder – son homme.

EXCERPT 


Prologue 



Adrian était assis sur son lit, son livre sur les statistiques ouvert sur ses genoux, étudiant pour l'examen qu'il avait dans la matinée. Le sujet le fascinait, mais son attention n'arrêtait pas de dériver vers l'horloge sur le bureau de l'autre côté la pièce. Plus il se rapprochait de minuit, plus son regard revenait sur les chiffres rouges. Où Val était-il allé ? Il l'avait dit, mais Adrian avait à peine écouté, absorbé par son livre. Et si quelque chose lui était arrivé ?
Sa main dériva vers le téléphone portable sur sa table de nuit, et il le prit. Il baissa les yeux sur le petit appareil, la dernière technologie disponible. Ses parents l'avaient acheté et lui avaient apporté avec son linge propre dimanche dernier. Ils avaient été si fiers, son père lui expliquant toutes les fonctionnalités du téléphone, sa mère insistant pour prendre quelques photos de lui avec l’appareil.
Adrian était resté dans leur chambre du dortoir depuis qu'il avait quitté la bibliothèque à dix-sept heures. Val n'avait pas appelé. Il ouvrit le téléphone et vérifia quand même. Complètement chargé, comme toujours. Pas de messages, pas d'appels. Sauf les trois venant de sa mère un peu plus tôt qui voulait s'assurer qu'il avait bien suspendu les chemises qu'elle avait repassées pour lui, lui rappelant de toujours avoir son téléphone chargé et de manger des légumes avec son dîner. Il avait sauvegardé les messages. Elle aimerait ça.
Il essaya de reporter son attention sur son livre et l'examen qui se profilait, mais les pensées de ce que pouvait faire Val et avec qui il pouvait le faire n'arrêtaient pas de s'immiscer. Ils ne s'étaient fait aucune promesse, mais Val et lui avaient partagé le même lit toute la semaine et il savait qu'il aimait Val depuis octobre, lorsqu'il avait embrassé son colocataire aux cheveux bleus pour la première fois. Un baiser maladroit, enivré et spontané au cours d'une fête d'Halloween dans le dortoir que ni Val ni lui n'avaient mentionné le lendemain matin lorsqu'ils furent dégrisés, même si Adrian avait précieusement gardé le souvenir de ce baiser comme le plus merveilleux qu'il avait jamais connu.
Cela s'était passé un mois auparavant, et au cours des dernières semaines, Val avait rompu avec son petit ami. Adrian avait été secrètement ravi d'offrir un soutien à son ami. Une chose en avait amené une autre, un baiser maladroit avait engendré une caresse, la caresse avait conduit au sexe. Depuis cette nuit-là, ils avaient dormi ensemble, explorant et apprenant le corps de l'autre, ses besoins et ses désirs.
Mais ce matin, Val avait marmonné quelque chose au sujet de ne pas l'attendre. Adrian, trop occupé à se préparer pour son cours et son prochain examen, n'avait pas accordé beaucoup d'attention à Val. Maintenant, il le regrettait amèrement. Cela aurait peut-être évité cette douleur aiguë dans son estomac, cette lourdeur dans son cœur. Des évènements étaient programmés un peu partout sur le campus. Il n'avait aucune chance de trouver Val à l'un d'eux. Des rassemblements, des concerts, des conférences, des groupes d'étude. Il ne reconnaîtrait même pas un des amis punks de Val s'il venait à les croiser.
Le bruit sourd de pas dans le couloir s'arrêtant devant leur porte attira son attention. Son regard se fixa sur la porte et il entendit le clic de la clé de Val dans la serrure alors que la poignée tournait. La vue des joues rougies de son colocataire, de ses lèvres charnues gonflées par les baisers et de ses cheveux bleus follement ébouriffés envoya son cœur en chute libre et souleva son estomac. Il déglutit pour éviter de vomir et se força à parler.
— Où étais-tu ?
Adrian grinça des dents en entendant le ton plaintif dans sa voix.
La tête de Val tourna d'une façon lente et languide, et Adrian tressaillit. Merde. Il dit le mot dans sa tête, ignorant la chaleur qui envahissait ses pommettes. Sa mère paniquerait si jamais il le disait à haute voix. C'était pourtant le mot approprié. Il connaissait ce regard. Val avait ce regard lorsqu'il jouissait. Lorsque Adrian suçait son sexe ou le caressait jusqu'à l'orgasme, il était exactement comme ça : repu, rouge et heureux. Mais ce n'était pas Adrian qui avait cette expression sur son visage ce soir-là.
Les yeux de Val s'illuminèrent lorsqu'il vit Adrian le regarder et il trébucha en avant pour s'effondrer sur la courtepointe soigneusement pliée que la grand-mère d'Adrian avait cousue à la main pour lui, comme un cadeau lorsqu'il avait eu son bac.
— Je suis amoureux, gémit-il en se tournant prudemment sur le côté pour faire face à Adrian.
Adrian lutta pour garder une expression intéressée et ne pas montrer sa dévastation. Il était amoureux lui aussi.
— Tu es allé à un rendez-vous ?
Val hocha la tête, ses yeux se fermant rêveusement.
— Il est tellement beau, Adrian. Il fait partie de l'équipe de football. Cheveux blonds, yeux bleus, les épaules les plus larges...
Sa voix s'estompant rêveusement, les yeux bleus de Val s'ouvrirent brusquement pour plonger dans ceux d'Adrian.
— Et bon sang, il est doué. Je n'ai jamais ressenti ça auparavant.
Adrian hocha la tête, gardant une expression attentive sur le visage. Il ferma le livre de statistiques sur ses genoux. Il ne pourrait rien apprendre aujourd'hui. Il écouta, son cœur se brisant lentement, alors que Val décrivait son nouveau petit ami avec des détails élaborés.


Chapter 1 



Impatiemment, Val rejeta ses mèches bleues par-dessus son épaule, tapant la balayette contre le comptoir où ses fournitures étaient soigneusement disposées.
— Derek, tu m'as laissé poireauter ‘Chez Paul’ pendant une heure, un endroit que je déteste totalement d'ailleurs, sans même me passer un coup de fil pour me dire que tu ne viendrais pas. Et je te vois en train de jouer au ballon dans le parc avec tes amis alors que je revenais ici. Non, je ne réagis pas de façon excessive !
Il jeta un coup d'œil rapide sur ses fournitures. Ciseaux, peignes, flacons pulvérisateur remplis d'eau, gel, mousse, tout semblait en ordre. Alors qu'il préparait son poste de travail, il écoutait d'une oreille la voix profonde à l'autre bout du fil qui essayait d'expliquer ou de rationaliser, mais il n'était pas d'humeur à entendre ce que Derek avait à dire. Le mec était un crétin immature qui mettait ses propres désirs avant tout, même si cela signifiait laisser Val poireauter avec un groupe d'étudiants qu'il connaissait à peine, dans un bar qu'il évitait habituellement comme la peste. Il était allé à cette fête pour Derek. S'être fait poser un lapin en faisant quelque chose de si désintéressé l'énervait au plus haut point. Juste une fois, dans une relation, Val voulait trouver un mec qui le ferait passer en premier, qui l'aimerait plus que le sport, les amis, et toutes les autres tentations que ce monde tordu offrait.
— Oublie ça, Derek. Tu ne comprends pas. Ce n'est pas uniquement au sujet d'hier soir ; c'est tout ce qui s'est passé ces derniers mois.
Il y eut plus de marmonnements et de bavardages dans son oreille. Il passa un chiffon à poussière sur la chaise des clients et ajusta ensuite sa hauteur. Préparer son poste au salon était une seconde nature et nécessitait peu de son attention. Un peu comme écouter Derek. Pourquoi diable est-ce que j'écoute cette merde ? Derek avait la compréhension émotionnelle d'un camion de deux tonnes. Mignon comme tout, mais pas la moindre idée de ce qui ferait fondre le cœur de Val. En fait, Derek pouvait être considéré comme un peu bouché. Un peu de considération, un geste romantique ou deux, feraient très bien l'affaire. Bon sang, des excuses au lieu d'une justification lui auraient probablement valu une seconde chance, même ce matin. Bah. De qui te moques-tu ? Derek est un symptôme, pas la maladie elle-même.
— Va te faire foutre, Derek. C'est fini. Fais-moi une faveur et oublie mon numéro, d'accord ?
Refermant son téléphone, il le fourra dans la poche de sa blouse et s'occupa en nettoyant son espace de travail. Un jet rapide du nettoyant à vitre sur le miroir, un coup ou deux de chiffon, et ce fut fini. Fini avec Derek, fini avec les hommes, fini avec la romance, l'amour, le sexe, et qu'ils aillent tous se faire foutre. Il pouvait supporter d'être célibataire. La masturbation n'était pas considérée comme du sexe, pas vrai ? Il avait besoin de se satisfaire d'une façon s'il ne pouvait pas avoir le reste.
— Hé, Schtroumpfette, ton professeur est ici.
Et voilà. Juste comme ça. La déclaration sarcastique de Ted délivrée avec sa voix nasillarde, fit du vœu de célibat de Val le plus court de toute l'histoire de l'humanité. Il posa la balayette qu'il avait utilisée pour nettoyer son poste de travail déjà impeccable et dépoussiéra ses mains sur sa blouse bleue. La blouse qu'il avait délibérément choisie ce matin pour que cela s'accorde avec ses cheveux, parce qu'elle mettait en valeur ses yeux et le teint de sa peau, même s'il savait que la porter inciterait Ted à faire des comparaisons avec les Schtroumpfs. Il venait tout juste de se faire la promesse de faire une pause avec les hommes et d'attendre d'avoir la tête vissée sur les épaules avant de s'aventurer à nouveau dans l'arène des rendez-vous. Il avait été célibataire pour un total général de cinq minutes peut-être, si l'on ne comptait pas les six jours précédents au cours desquels il aurait pu avoir des relations sexuelles avec Derek s'il l'avait voulu, mais il n'en avait pas eu parce que ça n'avait pas été le cas. C'est-à-dire qu'il ne l'avait pas voulu.
Il avait presque oublié son rendez-vous hebdomadaire de dix heures quinze avec Adrian Grey. Val secoua la tête. Il ne pouvait pas dire ça. Ce serait un mensonge, et Valentine Michaels ne mentait pas. Ou plutôt, il mentait très mal. Il n'avait jamais vraiment oublié Adrian. Ils étaient amis depuis presque dix ans, depuis qu'ils avaient partagé une chambre la première année d'université. Diable, pendant un bref moment, ils avaient même été plus que des amis. Et il ne se pomponnait pas comme ça d'habitude pour ses ex.
Adrian Grey, bien que super sexy, représentait tout ce que Val ne recherchait pas chez un homme. Là où Val aimait les hommes grands et musclés qui le dominaient, Adrian n'avait que deux centimètres de plus que lui. Val préférait les blonds, et Adrian portait ses cheveux noirs raides suffisamment longs pour qu'ils bouclent sous son menton et rebiquent plus haut à l'arrière pour répondre aux exigences de la bibliothèque universitaire qui demandait à tous ses employés masculins d'avoir leurs cheveux au-dessus du col. Les lunettes fines qu'il portait au bout d'une chaîne autour de son cou lui donnaient un air distrait d'intelligence et soulignaient l'aspect presque délicat de ses traits raffinés. Sa mâchoire était lisse et soyeuse, tandis que Val préférait le sex-appeal rugueux d'une barbe de trois jours.
Tout en Adrian le qualifiait de jeune professionnel ayant réussi. Adrian était solide, fiable et fidèle. Des mots que personne n'avait jamais attribués à Val. Il y avait l'intelligence dans ces yeux bleus, de l'humour dans l'inclinaison de cette bouche rose, et 'sexy' n'était pas suffisant pour décrire son corps mince et fermement musclé.
— C'est un bibliothécaire, imbécile, dit-il sèchement à Ted. Et il n'est pas mon genre.
Genre ou pas, Val se surprit en train de vérifier ses cheveux dans le miroir, ajustant les boucles bleues alors qu'il mordillait puis léchait ses lèvres. Ah, eh bien, il était esthéticien après tout. Il se devait de paraître parfait, même pour les clients qui ne voulaient rien de créatif pour leur propre coupe. Il souffla furtivement dans sa main, vérifiant son haleine, puis passa un gloss clair qu'il sortit d'une poche de sa blouse sur ses lèvres. Et, se raisonna-t-il triomphalement, il pouvait apprécier la beauté quand il la voyait pour exactement la même raison ! Et Adrian était beau à sa manière un peu geek.
Il leva la tête et croisa le regard d'Adrian dans le miroir alors que ce dernier se dirigeait vers la réception pour recevoir le tas de conneries que Ted prodiguait sans réserve. Mmm. Ce bleu Oxford fait vraiment ressortir l'éclat des yeux d'Adrian, pas vrai ?
— Viens par ici, je suis prêt pour toi.
Tu n'as aucune idée de combien je suis prêt pour toi, ricana-t-il intérieurement tandis qu'il tournait la chaise et faisait signe à Adrian de venir s'asseoir.
Il papotait toujours lorsqu'il faisait la coupe d'Adrian. Ce n'était pas comme s'il avait besoin de se concentrer afin de lui couper les cheveux dans le même style qu'il portait depuis les six dernières années. Il leva les yeux au ciel. Encore une chose à propos d'Adrian qui n'était pas son genre : Adrian résistait au changement. Il utilisait le même putain de téléphone portable qu'il avait à l'université. Val avait essayé de convaincre Adrian d'essayer une nouvelle coupe de temps en temps, mais ce dernier savait ce qu'il voulait et refusait toute offre de teinture, coupe ou de boucler ses cheveux dans un autre style que celui qu'il portait déjà. Le bavardage le distrayait de la chaleur du corps d'Adrian et de l'odeur alléchante de son eau de Cologne. Cela empêchait son imagination de s'enflammer. Dans le passé, la conversation l'avait aidé à se rappeler qu'Adrian était hors limites.
— Alors, demanda-t-il en faisant un geste avec ses ciseaux et son peigne, tout en sachant déjà la réponse. Vas-tu me laisser te faire une coupe dans un style différent aujourd'hui ?
Comme prévu, Adrian secoua simplement la tête et s'assit dans le fauteuil.
— Alors, dit Adrian quand Val se trouva silencieux pour la première fois depuis leur longue tradition de coupes de cheveux du vendredi matin. Qui a-t-il de nouveau dans ta vie ? Ou devrais-je dire, qui est le nouveau dans ta vie ? Ted vient de me dire que tu avais rompu avec Derek.
Val rougit. Était-ce vraiment l'impression qu'il donnait de lui-même ? Comme s'il était le genre de mec qui ne pouvait pas tenir une semaine sans un amant ?
— Quoi ? dit-il sèchement, un peu blessé. Comme si je devais toujours avoir un petit ami ? Je n'en ai pas en ce moment. Après ce connard de Derek, je vais faire une pause pendant un moment.
Adrian sursauta dans le fauteuil et Val jura.
— Ne bouge pas. Tu pourrais finir avec une nouvelle coupe, que tu le veuilles ou non, si tu sautes comme ça.
— Désolé. Que veux-tu dire exactement par 'je vais faire une pause' ?
Il semblait complètement abasourdi pour une raison que Val ne comprenait pas.
— Ce que je veux dire, déclara-t-il de façon théâtrale en agitant la tête, c'est que j'ai fait un vœu de célibat. Je renonce aux hommes, aux drames et à l'amour.
Adrian rit doucement.
— Oh. Ça ne va pas durer. Le prochain joli garçon avec des muscles saillants qui passe la porte pour une coupe de cheveux, ou qui propose de te payer une boisson au bar, et tu seras de retour dans le jeu, ton cœur brisé oublié.
Val hoqueta.
— Oh, c'est totalement déplacé ! Je n'ai pas le cœur brisé, je réévalue seulement ma position sur certains problèmes. Je suis fatigué de mener une vie tellement désordonnée. J'ai besoin de comprendre qui je suis avant de m'impliquer avec quelqu'un d'autre.
— Je suis désolé, s'excusa Adrian. Je ne devrais pas te taquiner. C'est juste que je te connais depuis que nous étions étudiants en première année à l'université, et depuis ces dix dernières années, tu as toujours eu un petit ami – généralement le genre superhéros musclé.
En soupirant, Val immobilisa ses mains et croisa le regard d'Adrian dans le miroir. Il y avait de la sympathie dans les profondeurs bleues, mais plus que ça ; il cachait quelque chose d'indéchiffrable que Val n'avait jamais vu auparavant.
— Ce n'est pas uniquement Derek, Adrian, avoua-t-il à voix basse. C'est tout ça. Tout. La boutique m'ennuie. Les bars et les clubs sont remplis de gens de plus en plus jeunes chaque fois que j'y vais, et j'ai l'impression d'être un baby-sitter, ou à Dieu ne plaise, ma mère. As-tu entendu ce truc qu'ils appellent de la musique de nos jours ?
Il secoua la tête et recommença à couper de petites mèches de cheveux noirs soyeux et à les dégager du col bleu Oxford. Une fois fini, il mit de côté les outils de sa profession.
Adrian se leva de sa chaise et griffonna quelque chose sur une carte qu'il sortit de la poche de sa chemise.
— Voici mon numéro de portable. Appelle-moi à tout moment si tu as besoin de quelqu'un pour t'écouter ou si tu as envie qu'on se voie.
Val regarda son ami se retourner et quitter le salon tout en brossant les petits cheveux de sa chemise. Couché, mon garçon. Il jeta un regard noir à son sexe qui se cambrait sous les boutons de son 501. Il n'est pas ton genre, tu te souviens ? Aucun sermon ne put cependant convaincre son membre. Peut-être que son 'genre' était l'une des choses qu'il devait réévaluer. Il jeta le numéro à la poubelle, souhaitant presque qu'Adrian le voit faire. Comme si j'en avais besoin. Il avait mémorisé ce numéro de téléphone depuis dix ans. Non pas qu'il l'ait jamais utilisé. Qui avait besoin de passer un coup de fil alors qu'Adrian venait tous les vendredis, aussi régulier qu'une horloge ? Il se dirigea lentement à l'avant de la boutique, dépassa Ted avec ses lunettes en écaille et ses vêtements noirs éclaboussés d'eau de javel, puis se retrouva à la porte pour se rendre compte qu'il suivait Adrian.



Elise pour Sensual Reads
4,5 étoiles. Des héros fantastiques, un amour magnifique et une fin heureuse sont les éléments que vous pouvez trouver dans 'Le Bibliothécaire' de Lee Brazil.

Pechedete pour Coffee Beans and Love Scenes
4 tasses. J'ai adoré Adrian ! Il y avait plus que le bibliothécaire bien éduqué qui est perceptible au premier coup d'œil. J'ai vraiment aimé voir toutes ses multiples couches se découvrir. Il y avait une abondance de bonté d'alpha enveloppée dans un emballage de geek... 'Le Bibliothécaire' est une preuve de la plume talentueuse de Lee Brazil.

Portia pour MM Good Book Reviews
5 cœurs. Une des meilleures séductions jamais écrites. Adrian a attendu dix ans pour que l'homme qu'il aime le comprenne enfin. Puisque ce n'est évidemment pas le cas, Adrian prend les choses en mains. Les scènes d'amour sont chaudes et je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai souri autant en lisant un livre. Je le recommande vivement.

Lea pour Black Raven's Reviews
5 Corbeaux et une Lecture recommandée. Le Bibliothécaire est l'exact opposé d'une romance mm avec une rencontre rapide dans un bar à la suite d’un coup de foudre. Au lieu de cela, Lee Brazil nous offre l'histoire de deux hommes qui se connaissent depuis de nombreuses années, et pour qui le temps est venu de voir s'ils peuvent régler les questions du passé, ou d'aller de l'avant, de façon permanente...

Tina pour Two Lips Reviews
5 Baisers. 'Le Bibliothécaire' de Lee Brazil est une histoire d'amitié, d'amour, et de connaissance de soi. Val a un long chemin à parcourir dans ce livre ; il doit passer d'une personne égocentrique à la maturité, et apprendre à penser aux autres... On sent qu'Adrian est né avec une vieille âme dès les premières pages de cette histoire!  

Be Yourself

To be nobody but yourself in a world which is doing its best, night and day, to make you everybody else means to fight the hardest battle which any human being can fight; and never stop fighting. ~e.e. cummings, 1955